Aller au contenu

DL Négoce et Onaya s’unissent sous une même bannière pour devenir Orisha Construction.

Baromètre du négoce 2023 : ce qu’il faut retenir

4 min
thermomètre au soleil

En 2023, le marché du négoce de matériaux de construction en France continue d’être confronté à un contexte particulier : conflits internationaux, pénuries de matériaux, augmentation des tarifs, demande client en évolution, digitalisation croissante des comportements d’achat, mise en place de réglementations complexes (REP bâtiment)… Pour la 3ᵉ année consécutive et pour mieux appréhender les défis et attentes des négociants, DL Négoce a mené une étude en partenariat avec Infopro Digital.

 

Point sur l’état général des affaires, mesure de l’évolution de la transformation digitale dans le secteur, détection des initiatives mises en place, perspectives pour 2023… Voici ce qu’il faut retenir de cette enquête annuelle.


Un optimisme nuancé 

 

Nourri des réponses de plus de 150 décideurs du secteur, le Baromètre du négoce 2023 indique que près de 75 % des répondants se sentent prêts et suffisamment équipés pour faire face au contexte actuel. Une affirmation moins catégorique qu’en 2022, avec une baisse de 10%  par rapport à l’étude précédente

 

Cet optimisme nuancé peut s’expliquer par de multiples facteurs, comme la pénurie de matériaux, l’augmentation des coûts dans le secteur, le ralentissement du marché du neuf, la diminution du pouvoir d’achat, l’augmentation des taux d’emprunt et l’inflation qui caractérisent le contexte actuel.

 

Sans grande surprise, la logistique s’impose ainsi comme le fer de lance de 87 % des négociants qui en font une priorité d’investissement en 2023, directement suivie par la vente et le commerce, ainsi que l’IT (plateforme WMS, outils de mobilité dans les dépôts…). 



Un secteur en progression sur la transformation digitale

 

57 % des décideurs du négoce estiment que leur entreprise est au même niveau ou en avance par rapport à leurs concurrents en matière de transformation digitale. Les actions entreprises semblent porter leurs fruits, même si le secteur a encore du chemin à parcourir. 

 

En matière d’initiatives sur la transformation digitale, les négociants jonglent entre l’évolution des attentes des consommateurs et la mise en place de nouvelles réglementations numériques. Avec un calendrier qui s’accélère, c’est la dématérialisation des factures (52 %) qui prend la tête du classement en 2023. Elle est suivie par des actions multiples pour renforcer l’expérience client dans les négoces : mise en place de site e-commerce, mise en ligne d’informations techniques à destination de la clientèle BtoB, formation des artisans… 

 

Si le secteur progresse sur le sujet, le manque de ressources internes reste le principal obstacle à la transformation digitale, suivi d’un manque de budget et d’une incertitude quant au retour sur investissement. Malgré cela, les directions semblent, dans l’ensemble, plus enclines à mettre en œuvre la transformation digitale. Et pour cause : 72 % des décideurs considèrent qu’elle contribue fortement à la fidélisation client, soit une hausse de 12 points par rapport à 2022.



L’impact de la mutation des métiers

 

Communication, marketing, vente, commerce, logistique, management… La transformation digitale impacte profondément les métiers du négoce et les répondants l’ont bien compris. Mais si le secteur affiche un taux d’embauche en hausse, ils sont 76 % à avoir des difficultés à recruter. Magasiniers, vendeurs et chauffeurs sont les postes en forte demande sur un marché très concurrentiel et avec des candidats aux formations inadaptées pour relever les défis de la transformation digitale.

 

La problématique de recrutement vient s’ajouter aux préoccupations des décideurs du négoce, d’où la perception d’un avenir moins favorable. Seuls 37 % misent sur une augmentation de leur chiffre d’affaires en 2023 : c’est 16%  de moins que l’année précédente. Près de ¼ d’entre eux envisagent même une baisse, ce qui vient nuancer l’optimisme du secteur.

 

Les négociants reconnaissent les enjeux de la transformation digitale et estiment être mieux équipés que les années précédentes, voire en avance par rapport à leurs concurrents. Les initiatives de digitalisation se multiplient, entraînant le secteur dans la bonne direction. Mais les difficultés persistent, notamment le manque de budget pour mener à bien les projets et le manque de visibilité sur le retour sur investissement ainsi que de ressources internes. Le recrutement pose également problème pour plus de 75 % des décideurs. Malgré un contexte difficile avec des approvisionnements compliqués et une baisse du pouvoir d’achat, les négociants se sentent prêts à relever les défis réglementaires grâce à leur logiciel de gestion.